lundi 3 juillet 2017

Cot cot ...

Bonjour,

En février, je vous parlais d'une petite surprise ... cot cot ...

Bon, pas trop difficile de deviner que cela devait tourner autour des poules !
Et bien oui ! J'ai construit un poulailler pour accueillir quelques poulettes.
Pour le moment, il y en a trois. Je verrai pour en ajouter quelques-une plus tard.
Elles sont arrivées vendredi dernier.
Elles ont l'air de bien s’acclimater ! Elles ont même commencé à pondre (bon, pour le moment, que deux œufs ...)
Avec toutes les salades montées que j'ai (merci la canicule d'avant déluge !), elles ont de quoi se régaler :-)

Quelques petites photos :

Les trois poulettes !

On prend la pose !

Ça gratte, ça gratte !

Le poulailler (de luxe !)
C'est juste pour la nuit, le reste du temps elles seront dans un enclos de 250m2

Et le premier œuf !


A très bientôt pour la suite

David

Les giboulées de juin !

Bonjour,

Cette fin du mois de juin aura été marquée par un temps vraiment pourri !
Oui, du vent, fort, de la pluie, en quantité, du froid, pas très chaud !
Pas vraiment un temps de début d'été !

Sur quelques jours, le cumul de précipitation a été d'environ 120mm (avec deux jours à 40mm).
Ce (très !) mauvais temps a eu des conséquences pour le moins fâcheuses :

- plusieurs de mes pieds de courgettes ont été cassés par les vents forts. L'avantage, c'est que j'étais un peu en surproduction, donc ça va résoudre le problème !

- les plantations dans les serres sont protégées des intempéries, certes, mais les températures en chute libre, et l'humidité ambiante ont favorisé le développement de l'oïdium et du mildiou. Ce matin, j'ai repéré (et éliminé) 2 ou 3 feuilles de tomates attaquées (par le mildiou). En fin d'après-midi, j'en voyais un peu partout ! Ça progresse à une vitesse folle... Je pense que je vais être obligé de faire un petit traitement au cuivre, le plus tôt possible.

- les pommes de terre, qui jusqu'à présent se portaient plutôt bien, ont été très secouées ! Le vent, la pluie, le froid .... le mildiou ! Et je ne parle même pas de l'attaque spectaculaire des doryphores !



- une partie des courges a passé quelques jours les pieds dans l'eau. Et apparemment, ça n'aime pas trop ça ! Trois jours après la fin des grosses intempéries, certains pieds font une drôle de tête ! Pas très rassurant pour la future récolte :-(

Les courges dans l'eau !

Les courges, quelques jours après l'inondation
 
Les courges, quelques jours après l'inondation

Pas très en forme ces courges ...

- et les poireaux ! J'ai reçu mes plants mercredi dernier. Plantation dès le lendemain matin. La parcelle n'était déjà pas trop "sèche", mais avec ce qui est tombé le jeudi puis le vendredi, il n'était plus possible de les planter à cet endroit (la photo ci-dessous parle d'elle même). Il m'a fallu changer de parcelle (un peu compliqué quand tout est prévu à une place bien définie...)

Les poireaux devaient aller ici !!
J'avais commencé, mais j'ai dû arrêter !

Les poivrons, voisins des poireaux !
Et à côté, sous les filets, les oignons, qui baignent eux aussi !


Devant un tel spectacle, difficile de rester optimiste.
La bonne nouvelle : demain il doit faire beau ! Oui, mais jusqu'à quand ...

A très bientôt (avec de meilleures nouvelles)

David

mardi 13 juin 2017

Quelques photos du moment

Bonjour,

Un petit passage avec juste quelques petites photos du moment...

La parcelle de courges (environ 900 plants) 
Les patates (variétés Cheyenne et Céphora, en alternance)

Courgettes jaunes Gold Rush

Courgettes vertes Cocozelle

Semis de salades

Semis de betteraves

3 salades : Cressonnette rouge Biscia Rossa, Cressonnette verte, et batavia rouge Novelski

Jolis choux raves !


A très bientôt

David

jeudi 4 mai 2017

Grosses gelées de fin avril !

Bonjour,

La dernière semaine d'avril a été un peu rude ici !

Nous avons eu trois jours de suite de bonnes gelées : -5°, puis -4°, et enfin -3° !


Preuve à l'appui !

Dans la région, les dégâts sont assez importants. La vignes fait partie des cultures les plus touchées.
De manière générale, tout ce qui avait fait de jeunes petites pousses de printemps ou des fruits a été grillé ! Les albizias, les catalpas, les cerises, les groseilles, ...

Chez moi, dans les cultures, pas de dégâts. Juste quelques feuilles des patates primeur qui ont pris, sous leurs protections. J'ai aussi une première série de courgettes de touchée, mais rien de grave, elles devraient redémarrer. Le reste des cultures a bien résisté.

Quelques feuilles grillées sur les patates primeur
Les saints de glace sont pour la semaine prochaine (11, 12 et 13 mai), et normalement, après eux, fini les gelée ! Croisons les doigts ...

A très bientôt

David

mercredi 1 mars 2017

Mon émietteur à terreau

Bonjour,

La période actuelle étant un peu "calme", cela me permet de bricoler un peu.
Un des outils que je prévoyais de me construire est un émietteur à terreau.

Cet outil (dont j'avais vu un exemple chez des collègues maraîchers) permet, comme son nom l'indique, d'émietter le terreau. En effet, le terreau étant stocké en sac, il finit par s'agglomérer un peu, à former des mottes. Et lors de la préparation des plaques de semis, il faut l'émietter pour lui rendre sa texture légère, aérée, et décompactée.
Jusqu'à présent, je réalisais cette tâche à la main. Et ça me prenait un temps fou ! (sans compter que ce n'était pas très passionnant ...). J'ai donc fini par me construire un outil bien pratique. Le voici en photo.

Un outil fait maison ! 

Le rouleau émietteur

Le principe est simple : un gros entonnoir réceptionne le terreau "brut". Dans le fond de cet entonnoir est positionné un rouleau monté sur un axe, avec une manivelle pour le faire tourner. Sur ce rouleau sont fixées des ailettes métalliques (ce sont elles qui vont émietter). Le tout est monté sur des pieds suffisamment hauts et écartés pour pouvoir laisser passer les plaques de semis dans lesquelles tombe le terreau.

J'ai eu l'occasion de le tester il y a quelques jours, et je suis très content du résultat. Je vais peut être ajouter des ailettes pour affiner un peu plus le substrat.

A très bientôt

David

lundi 20 février 2017

Nouvelles de ce début d'année 2017

Bonjour,

Cela fait pas mal de temps que je n'ai pas donné de nouvelles ...  (un peu plus de 3 mois !)

Quoi de neuf ?

En ce moment, je n'ai plus de légumes à proposer à la vente. Je vais devoir fermer pour une période d'un mois environ. La reprise sera pour fin mars au plus tôt, voire début avril.
Plus de vente certes, mais pas mal de travaux !


Les premiers semis !

Quelques salades, des blettes (variété Jessica, une mini blette excellente), un peu de fenouil. Il ne faut tout de même pas s'emballer, les froids ne sont pas encore terminés. Les semis pour les légumes d'été ne débuteront que mi-mars. Ils seront maintenus sur tables chauffantes.

Salades et blettes

Préparation

Depuis mes premières cultures, le plus gros problème est la gestion des mauvaises herbes. L'an dernier, j'avais déjà commencé à utiliser des bâches tissées comme paillage (concombres, tomates). Ce système étant assez efficace, j'ai décidé de l'appliquer à d'autres cultures, comme les salades ou les oignons par exemple. J'ai donc acheté de la bâche qu'il m'a fallu percer aux bonnes dimensions (la bâche fait 1m de largeur). L'avantage de ce genre de paillage est qu'il doit durer plusieurs années, contrairement au paillage plastique noir qui est jetable.

Pour les salades (et blettes, fenouil, betteraves), j'ai choisi de faire 4 rangs, avec un espace de 30 cm sur le rang, et de 25 cm entre rang. Cela donne environ 13,3 plants / m2, soit 400 plants sur une planche de 30m de long.
Pour les oignons, j'ai choisi 5 rangs, avec un espace sur le rang de 20 cm, et entre rang de 20 cm aussi. Cela donne 25 plants / m2, soit 750 plants sur une planche de 30m.

Pour faire les trous, il ne faut surtout pas faire de découpe au cutter ou au ciseau. A la longue, les bords de coupe finissent pas s'effilocher. La meilleure méthode est de faire les coupes avec un outil chauffé, afin de "souder" les bords. Ce genre d'outil s’achète, mais le prix est assez élevé. J'ai la chance d'avoir un voisin très bricoleur qui m'en a fabriqué un ! Et il fonctionne très bien. Voici quelques photos du résultat.

Le perforateur (fabrication maison, à partir d'une lampe à souder)


13 trous au m2
25 trous au m2
Le temps de préparation/marquage/perçage est assez long. Pour une bâche de 30 mètres avec 400 trous, cela me prend environ une heure et demi. Pour la version 750 trous, il faut compter 2 heures. Il me tarde maintenant de tester ce système avec les salades, pour juger de l'efficacité.


Les cultures en place

En ce moment; je n'ai plus beaucoup de cultures en place. J'ai une planche de navets (ils sont encore petits, de la taille d'une petite noix), de l'aillet (encore petit lui aussi). J'ai aussi mis quelques fèves. Elles ont pas mal souffert des fortes gelées que nous avons eues ici au mois de janvier (jusqu'à -12° !). J'ai aussi tenté une expérience : j'ai planté des patates fin janvier ! C'est un peu risqué mais j'ai prévu de leur mettre une double protection : un voile d'hivernage + des arceaux avec une bâche. Pour le moment, elles ne sont pas encore sorties de terre, mais en grattant un peu, j'ai pu constater qu'elles poussaient ! Comme c'est une variété très précoce (Anaïs), je devrais pouvoir en récolter dans le courant du mois d'Avril. Affaire à suivre ...


Voilà pour le moment.

Très bientôt (si tout se passe bien) une petite surprise : après la surprise bzzzz de l'an dernier, la surprise cot cot !.....

A bientôt

David

samedi 5 novembre 2016

Arrache patates

Bonjour,

J'avais commandé un outil pour arracher les pommes de terre, mais après quelques petits soucis, ma commande n'a pas pu être honorée, et donc pas d'outil ! Dommage ...

J'ai donc récolté toutes les patates nouvelles "à la main" (environ 750 kg, en plusieurs fois heureusement).

Pour les patates de conservation, j'ai commencé à la main, en attendant d'avoir mon outil ... que je n'ai jamais eu ! Il fallait donc trouver une solution de dépannage.

J'ai eu l'idée de faire un outil "maison" avec un soc patte d'oie de cultivateur que j'avais en stock. La soudure n'étant pas mon fort, j'ai fait appel à mes deux bricoleurs attitrés (Francis et Jeannot). Et en peu de temps, mon outil était né, avec un soc et quelques fers à béton. Je l'ai fixé sur une dent de mon cultivateur. Le voici en photo :

Un bel outil, fait maison !

Fixé sur le cultivateur

Et le résultat est plutôt pas mal : il remonte bien les tubercules, qu'il suffit de ramasser. Aux endroits un peu (voire beaucoup !) enherbés, c'est un peu plus compliqué.

Une amélioration à prévoir : fixer deux roues de terrage, de part et d'autre, pour assurer un meilleur travail (l'outil a tendance à piquer d'un côté ou de l'autre).


Plus qu'à ramasser !
Un grand merci à Francis et Jeannot, pour cette fabrication artisanale. Et merci aussi à Christine et Annick pour les "petits" coups de main.

A bientôt

David